UNCDF

SÉRIE D’APPRENTISSAGE >> Collaborer pour étendre la numérisation responsable des paiements humanitaires

Camilo Tellez-Merchan, Malak Yusuf et Mia Ryan

Les paiements numériques ont révolutionné le secteur humanitaire en améliorant la responsabilité, l’accessibilité, le choix des utilisateurs et l’efficacité opérationnelle.

 

Notamment, l’aide en espèces et en bons (CVA) a doublé, passant de 2,8 milliards de dollars américains en 2016 à 5,6 milliards de dollars américains en 2019 . Dans ce contexte, l’Alliance Better Than Cash voit le besoin urgent et une formidable opportunité de renforcer davantage la portée, l’efficience et l’efficacité des paiements humanitaires numériques grâce à une coordination et une harmonisation renforcées entre les agences des Nations Unies.

Construire la fondation

Les crises, les conflits et les chocs climatiques sont de plus en plus fréquents et coûteux, entraînant une demande croissante de transferts humanitaires. Des engagements ont été pris pour accroître l’utilisation et la coordination des programmes en espèces dans le cadre du Grand Bargain de 2016 . En 2017, le Groupe de travail des Nations Unies sur les services communs de trésorerie a identifié la nécessité d’accroître les capacités des membres et a invité l’Alliance Better Than Cash à partager les bonnes pratiques en matière de numérisation des paiements.

En 2018, des recherches ont commencé sur l’amélioration des opportunités de collaboration, de coordination et d’harmonisation des paiements humanitaires des Nations Unies, ainsi que sur les stratégies, les politiques et les modèles commerciaux communs du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés ( HCR ), du Fonds des Nations Unies pour l’enfance ( UNICEF ) et du monde. Programme alimentaire ( PAM ) ont été évalués. Ces membres de l’Alliance ont souligné les défis des besoins humanitaires sans cesse croissants ; la pression croissante des donateurs ; réforme de l’ONU ; et de nouveaux modèles commerciaux d’assistance directe basés sur la technologie qui offrent de nouvelles opportunités, mais aussi de nouveaux risques.

Parallèlement, la déclaration de 2018 des dirigeants d’OCHA, du HCR, du PAM et de l’UNICEF sur l’assistance en espèces (UNCCS) a marqué un engagement formel en faveur d’un système de trésorerie commun inclusif. Il était temps de collaborer pour maximiser l’impact.

Avancées récentes

La collaboration sur les mécanismes d’approvisionnement et de livraison partagée s’est améliorée, mais la pandémie de COVID-19 a mis à rude épreuve la capacité de toutes les opérations des Nations Unies. Les besoins d’efficacité, de transparence et de coordination sont plus grands que jamais et les efforts sont bien avancés.

Des mécanismes de collaboration formels et informels ont été mis en place pour soutenir les organisations et compléter les initiatives de transfert humanitaire menées par les pays avec des approches cohérentes et institutionnalisées. Des mécanismes de transfert harmonisés ont été mis en place dans 25 pays depuis 2019, dont l’ équipe LOUISE au Liban, le Common Cash Facility en Jordanie et la carte SCOPE (PAM/UNICEF) en Somalie. Les avantages pour les bénéficiaires sont un accès financier nouveau ou accru et un temps de déplacement réduit pour obtenir leurs paiements humanitaires.

Mais des défis persistent, découlant de dynamiques mondiales et régionales entre les agences et les donateurs ; cultures organisationnelles et mandats différents; et la diversité des contextes locaux, des acteurs et des objectifs des programmes impliqués dans l’opérationnalisation des transferts numériques. L’Alliance continue de relever ces défis en soutenant les membres et les initiatives menées par les pays avec, par exemple, un programme actif en Colombie, cette année, numérisant les paiements humanitaires pour près de 2 millions de migrants vénézuéliens.

Leçon apprise

Grâce aux engagements de l’Alliance, trois enseignements clés se dégagent pour les agences des Nations Unies travaillant sur la numérisation des paiements humanitaires.

1. Respecter les contextes locaux et impliquer les partenaires locaux dans le parcours d’harmonisation

Comprendre le contexte, la faisabilité et la durabilité des initiatives de paiement numérique dans les contextes humanitaires. Il s’agit de la première étape cruciale pour identifier comment les agences peuvent mieux collaborer. Il est nécessaire d’équilibrer les approches nationales des transferts humanitaires avec les efforts d’harmonisation mondiale, et les représentants au niveau des pays doivent donc être pleinement inclus dans le cheminement vers une meilleure collaboration.

2. Investir dans la compréhension des points communs et des différences dans les mandats organisationnels

Cela fonctionne à deux niveaux. Établissez des relations avec les agences et voyez comment les paiements numériques sont liés à leurs stratégies respectives. Les approches des transferts humanitaires diffèrent de trois manières principales : maturité ; l’accent mis sur le travail à travers les systèmes nationaux et locaux ; et les approches de l’agrégation financière et de l’établissement des coûts. Les agences des Nations Unies ont la responsabilité de gérer ces différences et de tirer parti de l’expertise de chacun au profit des populations vulnérables. En parallèle, pour améliorer la mise en œuvre au niveau national, développez des relations au niveau mondial, comme avec le Common Cash Statement Group, les Cash Working Groups et les organisations internationales de développement. Pour de nombreux membres de l’Alliance, des mécanismes de coordination efficaces sont des facteurs clés de succès, garantissant que toutes les parties prenantes, y compris les organismes gouvernementaux, sont pleinement engagées.

3. Placer les utilisateurs au centre de la numérisation des paiements humanitaires

L’interopérabilité des données et des systèmes est cruciale pour une prestation de bout en bout efficace et flexible entre les agences, et l’harmonisation offre des solutions axées sur les besoins des bénéficiaires. Par exemple, Building Blocks du PAM a développé le plus grand réseau de chaînes de blocs du secteur humanitaire qui permet aux organisations de mieux coordonner l’assistance. Les organisations humanitaires déposent de l’argent sur un compte blockchain à partir duquel les bénéficiaires peuvent échanger leurs allocations en une seule transaction pour répondre aux besoins immédiats en nourriture, abri et soins de santé. Les Building Blocks peuvent désormais également s’intégrer à la technologie d’authentification existante du HCR qui permet l’interopérabilité, réduit les frais de transaction et améliore la sécurité et la confidentialité.

Protection des données

Ces développements doivent également se concentrer sur la sauvegarde des données des clients et le traitement équitable des utilisateurs, en particulier des femmes , dans les contextes humanitaires et d’urgence. En réponse à cela, l’amélioration de la transparence et la réduction de la fraude nécessitent que des systèmes interopérables soient associés à des approches et des protocoles de gestion des risques robustes. Des pratiques internes de protection des données ont été développées, mais il n’existe pas encore de modèle de consentement unique et standardisé. Cependant, l’intégration de pratiques responsables telles que décrites dans les Principes des Nations Unies pour des paiements numériques responsables est une étape importante pour garantir que les droits des individus ne sont pas compromis dans le cadre du partage d’informations inter-agences et au niveau humanitaire.

La voie à suivre

Des stratégies et une collaboration à long terme sont nécessaires pour servir efficacement les plus vulnérables grâce aux paiements numériques. L’Alliance Better Than Cash s’engage à aider ses membres, ses partenaires et la communauté humanitaire dans cette entreprise cruciale et nécessaire vers un avenir plus résilient.

Previously posted at :