SOCIO

La Digital Cooperation Organization (DCO) sert de plateforme de collaboration, offrant aux pays l’opportunité de partager leurs expériences et leurs meilleures pratiques. Chaque État membre de l’DCO a quelque chose à offrir aux autres gouvernements du monde, et ce qui unit tous les États membres est le désir d’accélérer le développement numérique et d’améliorer l’inclusion numérique.

Pour atteindre notre mission, nous nous concentrons sur huit domaines où les États membres, les observateurs et les partenaires peuvent progresser sur les questions multilatérales liées au numérique.

  1. Flux de données transfrontaliers pour maximiser le flux de données en toute confiance à travers les frontières en augmentant l’interopérabilité des cadres afin de permettre le développement d’un marché commun de l’DCO.
  2. Mobilité du capital humain dans les TIC et le numérique pour assurer l’approvisionnement en capital humain avec des compétences numériques et informatiques adéquates pour stimuler l’innovation et poser les bases d’un environnement prospère pour les start-ups et les PME.
  3. Alignement de la taxation numérique pour augmenter les opportunités de participation au marché et aligner les positions afin d’assurer des conditions équitables pour les entreprises locales de la DCO pour réussir dans le domaine numérique.
  4. Renforcement des capacités numériques pour accélérer la préparation de la main-d’œuvre pour l’avenir du travail et combler la fracture numérique en augmentant la littératie numérique et la sensibilisation.
  5. Soutien aux start-ups, aux entrepreneurs et aux PME pour créer un environnement plus favorable (réglementaire, capital humain, financement, infrastructure, R&D et innovation) pour lancer, développer et internationaliser leurs entreprises.
  6. Technologies émergentes dignes de confiance pour favoriser l’éthique et la confiance dans les technologies émergentes et leur centrage sur l’humain afin d’augmenter leur adoption.
  7. Recherche et développement et innovation pour améliorer les performances en facilitant l’accès à un écosystème d’innovation plus vaste et transfrontalier, ainsi qu’en alignant les approches aux négociations et réglementations des principales entreprises technologiques.
  8. Déploiement de l’infrastructure de connectivité numérique pour combler le fossé de connectivité Internet et améliorer le niveau de connectivité Internet transfrontalière entre les États membres de le DCO.
DCO – Recursos

Soluciones de Desarrollo

Ver más

No results found.

NOTICIAS

Ver más

No results found.

EVENTOS

Ver más

No results found.

PODCAST

Ver más

No results found.

PUBLICACIONES

Ver más

No results found.

DCO – Entrevista exclusiva
febrero 6, 2023
Q.1
Aimeriez-vous nous expliquer en quoi le travail et les activités de le DCO sont spécifiquement liés au commerce électronique et à l’économie numérique ?

R.

L’impact économique de la COVID-19 a poussé plus de 250 millions de personnes dans l’extrême pauvreté. Près de la moitié de la population mondiale vit encore avec moins de 2 dollars par jour, et dans de nombreuses régions du monde, une croissance économique inclusive fait défaut. Avec l’augmentation du chômage due à la COVID-19, l’économie numérique a le potentiel d’accélérer la création de nouveaux emplois et de stimuler l’entrepreneuriat dans des sous-secteurs innovants de l’économie, en particulier le commerce électronique.

Pour la DCO, faire croître l’économie numérique en créant des environnements d’investissement «numériques» favorables pour développer l’infrastructure numérique et autonomiser les populations avec les outils pour participer à l’économie numérique est essentiel pour permettre un écosystème de commerce transfrontalier florissant.

Pour stimuler l’économie numérique, le DCO se concentre spécifiquement sur l’attraction et la facilitation des flux d’investissements directs étrangers (IDE), en apportant un soutien aux start-ups, aux entrepreneurs et aux PME pour lancer, développer et internationaliser leurs entreprises, ainsi qu’en accélérant l’harmonisation de la taxation numérique pour augmenter les opportunités de participation au marché et assurer des conditions équitables dans le domaine numérique.

Q.2
Quel type de soutien offrez-vous pour permettre la prospérité numérique pour tous et accélérer la croissance inclusive de l’économie numérique ?

R.

La devise de la DCO est la Prospérité Numérique pour Tous. Cet accent découle de notre conviction que la technologie numérique est le moteur du bien-être socio-économique dans les années à venir. La transformation numérique n’est plus un luxe, mais une nécessité pour la croissance des économies émergentes. Pour développer l’économie numérique, les marchés doivent attirer et faciliter le flux d’IDE, qui apporte non seulement du capital mais aussi des connaissances, de la technologie et du savoir-faire.

La DCO travaille en collaboration avec les gouvernements sur de nouvelles façons d’attirer efficacement les «IDE Numériques» grâce au développement de politiques et de mesures facilitatrices prenant en compte l’évolution des modèles d’entreprise dans le secteur privé. Certains de nos principaux projets dans ce domaine comprennent :

  • Le programme DCO Elevate50 vise à mettre en ligne 50 000 petites et moyennes entreprises des États membres de le DCOafin qu’elles puissent réellement tirer parti de l’économie numérique.
  • Le Passeport des Startups de le DCO cherche à éliminer les barrières entre les pays, facilitant l’expansion des petites entreprises d’un État membre vers un autre État membre en réduisant les coûts administratifs et financiers, les processus bureaucratiques, ainsi qu’en accélérant l’enregistrement des entreprises.
  • Le programme d’IED Numérique de le DCO/WEF se concentre sur l’identification de méthodes pour augmenter l’adoption numérique, l’investissement dans de nouvelles activités numériques et l’investissement dans l’infrastructure numérique.
Q.3
Selon votre organisation, quels sont les principaux défis auxquels les pays en développement devront faire face pour récolter pleinement les avantages du commerce électronique en faveur du développement durable ?

R.

Notre récent rapport «Réduire l’Écart : Où la Coopération est la Clé de la Prospérité Inclusive», lancé lors de la Réunion Annuelle du Forum Économique Mondial 2023, a identifié les principales barrières à surmonter pour permettre une transformation numérique plus équitable dans le monde entier et garantir que plus de sociétés puissent profiter de l’économie numérique en plein essor, y compris le commerce électronique. Celles-ci comprennent :

  • Accès numérique prohibitif en termes de coûts : Notre enquête a révélé que tant les entreprises que les consommateurs considèrent que le coût élevé des technologies numériques est la principale barrière à la participation à l’économie numérique – 48 % des consommateurs ont cité le coût comme la raison principale.
  • Compétences et formation numériques insuffisantes : Le manque de compétences numériques est un énorme obstacle à la transformation économique numérique dans le monde entier. 60 % des personnes dans les pays à revenu faible et intermédiaire manquent de compétences informatiques de base. Sans un personnel compétent numériquement, les entreprises ne peuvent pas tirer pleinement parti de la technologie disponible.
  • Soutien insuffisant aux PME et aux entrepreneurs : Les petites et moyennes entreprises ont beaucoup plus de mal que les grandes entreprises à suivre la transition numérique et à en tirer parti. Plus important encore, elles ont besoin d’accéder à des financements et à une formation pour pouvoir rivaliser avec les grandes entreprises dans le domaine numérique.
  • Élaboration de politiques inefficaces : L’absence d’élaboration efficace de politiques numériques est un autre défi fondamental dans de nombreux pays. Bien que des stratégies de transformation numérique puissent exister, il manque souvent de volonté et de connaissances de la part du gouvernement pour les mettre en œuvre avec succès.
  • Politiques numériques obsolètes : La politique publique numérique inefficace et la réglementation peuvent entraver le développement de l’économie numérique d’un pays et la participation indispensable du secteur privé. Les politiques et réglementations sont souvent obsolètes et ne suivent pas le rythme des évolutions technologiques dans le domaine numérique.
  • Normes mondiales ou régionales de données limitées : L’absence de normes harmonisées en matière de flux de données et de confidentialité des données rend difficile pour les entreprises de mener des activités commerciales au-delà des frontières. Un pays peut préconiser la libre circulation des données, tandis que d’autres peuvent ériger des obstacles aux flux de données transfrontaliers.
  • Peu de mécanismes de coopération robustes et ambitieux : L’état actuel de la coopération numérique est insuffisant, les conversations sur la transformation numérique étant souvent dominées par le monde développé et les grandes entreprises technologiques, excluant les pays plus pauvres, les petites et moyennes entreprises, les groupes marginalisés et d’autres parties prenantes ayant des budgets et des compétences limités.
Q.4
Qu’est-ce qui a incité le DCO à rejoindre un partenariat multipartite tel que eTrade for all et quelles sont vos attentes à ce sujet ?

R.

Avec l’abondance des opportunités, l’économie numérique présente des défis redoutables. Dans un monde où les données, les idées et les services circulent entre les frontières, il est de plus en plus important que toutes les parties prenantes se réunissent et façonnent une vision plus inclusive d’un avenir numérique partagé.

Ce n’est qu’avec des modèles améliorés de coopération mondiale qu’il sera possible de relever les défis associés, de tirer le meilleur parti des opportunités offertes et de créer une économie numérique plus inclusive et efficace. Plus précisément, le commerce électronique offre des opportunités sans précédent qui touchent différents aspects de l’économie numérique, tels que l’accès à la technologie, l’accès aux marchés, les compétences numériques ou la fiscalité.

En échangeant régulièrement des informations sur les tendances et les opportunités et en collaborant entre secteurs sur des questions liées au commerce électronique, les partenaires d’eTrade for all peuvent jouer un rôle crucial dans la construction de ponts dans l’économie numérique entre les pays, les groupes politiques et les secteurs public et privé. Ils peuvent aider à développer des écosystèmes numériques solides et agir en tant que médiateurs afin que le secteur privé et les gouvernements deviennent des partenaires plutôt que des concurrents, et travaillent ensemble pour créer des moyens innovants de favoriser une économie numérique plus inclusive au niveau mondial.

Q.5
5. Is there something else you would like to share with the eTrade for all community?

R.

Le DCO a lancé le Rapport Bridging the Gap, mettant en évidence le besoin d’une coopération internationale et multilatérale accrue pour combler le fossé numérique et garantir que toutes les nations puissent bénéficier des économies numériques.

Le rapport s’appuie sur une vaste consultation mondiale avec des experts de divers secteurs et régions, menée par le DCO dans le cadre de sa mission visant à habiliter les États membres à développer leurs économies numériques et à créer prospérité et croissance. Le rapport examine en profondeur les défis auxquels sont confrontées les nations, en particulier les plus petites et en développement, pour avoir un accès égal aux économies numériques, ainsi qu’une revue des initiatives qui aident à combler la fracture numérique.

Le rapport Bridging The Gap a été compilé à partir d’une large gamme de recherches originales et de conversations, y compris une série unique de cinq tables rondes dans cinq villes sur cinq continents : Bangkok, Bruxelles, Kigali, New York et Santiago. Ces tables rondes ont réuni plus de 300 experts du développement et de la technologie pour discuter de la fracture numérique. Une nouvelle enquête auprès de 1 000 entreprises et consommateurs de 12 pays a été menée, ainsi que des entretiens avec 37 experts de l’économie numérique et des analyses de publications existantes.