UNCDF – Les Debuts de la Digitalisation des Paiements dans la Chaine de Valeur Riz au Benin – La Monnaie Digitale

Lorsque nous avons rencontrés les producteurs de riz au Bénin en octobre 2019, ils ne s’imaginaient pas qu’ils seraient en mesure quelques mois plus tard, et cela en pleine crise pandémique de la COVID-19, de tenter l’aventure digitale.

 

Au cours de la mission préparatoire du projet de digitalisation des paiements de la chaîne de valeur du riz, 144 producteurs ont été invités à percevoir une partie de leur rémunération en espèce et l’autre en Mobile Money.

En effet, les dates du vendredi 28 et du samedi 29 février 2020, seront à jamais gravées dans la mémoire des producteurs de riz de Covè et Zagnanado. Le samedi 29 février, l’équipe UNCDF est à Zagnanado, l’une des cinq communes choisies par le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (MAEP) du Bénin, pour le lancement de la phase pilote de ce projet de digitalisation des paiements. C’est la seconde commune avec celle de Covè, qui participe à ce pilote au sein du pôle agricole numéro cinq du ministère. L’autre pôle qui a pris part à ce projet se situe un peu plus au sud-ouest, et concerne les communes de Grand-Popo, de Comè et de Bopa. Durant plus de quatre mois, les zones rizicoles ont été sillonnées pour sensibiliser, enrôler et assister les coopératives et leurs membres à l’usage du Mobile Money. Cette campagne d’information et d’assistance avait pour but de faciliter la digitalisation des transactions financières des acteurs de la chaine de valeur riz, comme les acheteurs-transformateurs de riz paddy.

 

Pourquoi digitaliser les paiements de la chaine de valeur riz

Malgré les progrès réalisés ces dernières années dans le secteur agricole, les exploitations, majoritairement de type familial, sont confrontées à de nombreuses contraintes dont le faible accès aux services agricoles modernes et aux services financiers et non financiers. Ces exploitations agricoles familiales, souvent exclues du système financier classique, voient leur vulnérabilité s’accroître avec les effets croissants du changement climatique. C’est dans ce cadre que le MAEP a entamé des négociations avec UNCDF pour développer des services de digitalisation des paiements dans la filière riz. Ce projet ambitionne d’atteindre d’ici fin 2020, 2500 producteurs de riz dans les deux pôles définis avec le Ministère. Il vise à offrir, avec l’appui des opérateurs techniques locaux comme MTN et MOOV, des services de paiement de masse pour les transformateurs et des services Mobiles Money classiques pour tous les acteurs. Ces offres, une fois adoptées par les producteurs, devraient fidéliser ces derniers à l’usage du Mobile Money et ouvrir de nouvelles perspectives pour le déploiement de nouveaux services financiers digitaux comme l’épargne, le crédit et l’assurance. « UNCDF soutient l’émergence d’économies numériques inclusives qui ne laissent personne de côté et contribuent à la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD). Les agricultrices et agriculteurs, ainsi que les populations rurales sont au centre de notre stratégie au Bénin » explique Sabine Mensah, Coordonnatrice Régionale Inclusion Financière et Numérique de UNCDF.

 

Les facteurs clés de réussite du pilote

Afin de garantir l’adhésion des producteurs, il a fallu impliquer les responsables locaux des pôles de développement agricole et le ministère central, pour mobiliser les présidents des coopératives qui ont pris part au projet. Grâce à ces acteurs, les coopératives ont accompagné toutes les étapes du projet. Les présidents de coopératives ont donc été des ambassadeurs du digital auprès de leurs pairs producteurs. Par endroit, ils n’ont pas hésité à laisser leur champ pour conduire les commerciaux vers des producteurs injoignables. « Durant le pilote, j’ai accompagné un commercial sur ma moto dans les champs de producteurs qui n’avaient pas encore été enregistrés » explique un président de coopérative de Covè lors d’un focus group. Comme ce dernier, tous les autres présidents se sont impliqués durant le pilote dans leurs zones respectives.

En plus de l’implication de ces acteurs, UNCDF a mis en place une agence opérationnelle exclusivement recrutée pour le suivi des commerciaux qui constituent l’équipe d’inclusion financière digitale sur le modèle des booster teams déployés par une autre équipe UNCDF en Uganda. En effet, le support des commerciaux déployés dans toutes les communes a été déterminant pour l’enregistrement des producteurs, leur formation et surtout la préparation des listings de paiements à mettre à la disposition des transformateurs-acheteurs.

L’autre cheville ouvrière de cette opération est le ‘’transformateur-acheteur’’ du paddy. Les coopératives ont contribué à la sensibilisation de ces transformateurs qui constituent un maillon clé de la chaine. Les transformateurs ont été informés des avantages du service et ensuite enregistrés sur la plateforme de l’opérateur technique MTN Mobile Money. Après l’ouverture de leurs comptes, les transformateurs ont été intégrés dans le système de paiement de masse mis en place par MTN Mobile Money. Suite aux actions préparatoires des commerciaux, les transformateurs ont obtenu des listes de producteurs possédant un compte Mobile Money actif. Les listes (au format digitale) pouvaient être traitée avec les ordinateurs ou tablettes des transformateurs. Dès lors, des paiements ont pu se faire sans contrainte via l’interface au profit des producteurs et selon leur consentement.

 

Des opérations d’achat-vente plus sécurisées

A partir du mois d’avril jusqu’au mois de juin 2020, plusieurs opérations d’achat-vente ont eu lieu dans les communes de Covè et de Zagnando. Les producteurs ont accepté de percevoir une partie de leur rémunération via Mobile Money. Chaque coopérative a d’abord validé auprès de ses membres, les montants à faire passer via ce canal digital. Ensuite, les listings ont été finalisés et transmis aux transformateurs. Ces derniers pouvaient donc procéder aux transferts, après s’être assurés que les stocks de riz en vente étaient conformes au contrat de vente et à leurs attentes.

 

Une solution qui favorise la discrétion et évite les dépenses inutiles

L’évaluation du pilote, menée environ quatre mois après son démarrage, montre que les producteurs sont dans l’ensemble satisfaits des services Mobile Money. Ils expliquent leur satisfaction par la discrétion qu’offre le paiement digital. Les ventes étant publiques, les producteurs ont avoué qu’ils craignent très souvent pour leur sécurité lorsqu’ils perçoivent des espèces au vu et au su de tout le monde. Avec cette opération, ils apprécient le fait de recevoir leur règlement à l’abri des regards et surtout à tout moment de la journée. Certains ont reçu leur transfert alors qu’ils étaient au champ ou encore tard dans la nuit. En outre, d’autres ont reconnu avoir évité de faire des dépenses inutiles, parce que le Mobile Money n’est pas toujours utilisable immédiatement, contrairement à l’espèce qui est plus volatile. D’ailleurs pour ces producteurs, cet argent sur leur compte mobile représente une forme d’épargne.

« Les mauvais yeux ne voient plus l’argent » selon une productrice rencontrée à Comè.

À la suite des paiements reçus, les producteurs ont diversifié leur usage des services accessibles via leur mobile. En plus des usages classiques, les producteurs ont appris à acheter leur crédit de communication sans se déplacer. Les données collectées montrent également une nette progression des usages directement faits par les producteurs. L’élargissement de l’écosystème digital dans la zone pilote avec le recrutement de nouveaux acteurs qui acceptent les paiements Mobile Money a largement contribué à ce résultat. Par exemple, les producteurs peuvent maintenant s’approvisionner en engrais et herbicide, payer leurs biens de consommation, et même régler leurs ouvriers directement à partir de leur compte Mobile Money.

 

Améliorer la connectivité pour booster les usages

Tout au long du projet pilote, les acteurs se sont plaints de façon récurrente de la qualité du réseau télécom. La faible couverture des zones rizicoles freine l’utilisation optimale des services par les producteurs et tous les autres acteurs du monde agricole.

Les opérateurs techniques, en l’occurrence MTN, ont été sollicités pour remédier à cette situation rapidement et pour étendre leur réseau d’agents dans ces zones rurales. En effet, les résultats du pilote démontrent que les producteurs et les transformateurs sont prêts à passer aux services digitaux. Pour les paiements de masse qui étaient inexistant dans la chaine de valeur, le pilote a permis d’enregistrer 264 transactions réalisées au profit de 190 producteurs individuels. De plus, l’évaluation montre que les producteurs de riz aspirent à plus de services. Le marché dans ces zones rurales est donc prêt pour une offre de services financiers digitaux de seconde génération (épargne, crédit et assurance sur mobile), et des services digitaux non financiers pour les activités agricoles notamment.

La crise occasionnée par la COVID-19 a freiné une partie des activités de terrain. Ceci a entrainé une interruption des activités sur deux semaines pour les commerciaux. Mais comme nos équipes ont pu le constater sur le terrain, la crise a aussi facilité les transactions Mobile Money pour les participants de ce pilote. En opérant digitalement, les acteurs sont épargnés des risques de contamination au virus liés à la manipulation du cash, officiellement identifié comme vecteur de transmission. « Digitaliser les paiements dans les chaînes de valeur agricoles permet d’accroitre l’accès des populations rurales à des comptes électroniques » commente Mme Sabine Mensah de UNCDF. « En accélérant le développement de solutions numériques intégrées et de services innovants, nous voulons accroître les opportunités économiques pour les agricultrices et agriculteurs du Bénin »

 

Source : UNCDF Actualités