ACSIS's Identity Card

PARTNER

ICT for Development in Africa Training Sensitization Advocacy for Sustainable, affordable ICT and Internet in Africa.

ACSIS's Exclusive Interview for eTrade for all

October 13, 2007
Q.1
Would you like to give us a short overview of the African Civil Society on the Information Society? What are its main goals and activities?

R.

The African Civil Society on the Information Society is the dedicated Panafrican Civil Society Organization to promoting sustainable open and inclusive information society in Africa. ACSIS is a platform of more than 500 grassroots organizations, that was launched during the first phase of the WSIS by the will of the representatives of the African Civil Society that participated at the Geneva Summit process in 2003. Through ACSIS (throughout the African continent and the African Diaspora) African civil society influence policy and guidelines and ensure that strategies and programs that promote ICT development, poverty reduction, appropriation of ICT for sustainable and equitable development, community participation in policy and strategy development and implementation, etc. meets expectations and needs of African people. Like the African Union we have regional representatives in all African region and the African diaspora. We are working closely with African government to develop training and sensitization programs through our members. Apart from African governments, we work closely with the African Union, the UNECA, The European Commission, NEPAD. Our members are very active in the Internet governance ecosystem in Africa and globally. ACSIS is member of the African Union Economic and Social Council, the International Telecommunications Union since 2010, and granted with the United Nation Economic and Social Council.

Q.2
According to your Association what are the main challenges that the African continent will have face to further engage in e-commerce and make it more inclusive to foster development?

R.

L’Afrique est quasiment absente de l’e-commerce. Il serait donc judicieux de faire de ce handicap une opportunité en évitant les écueils notés ailleurs. L’un des plus gros défis reste celui de l’appropriation de l’E-commerce par le plus grand nombre d’africains. Il y a aussi l’adressage, la bancarisation, l’utilisation des données personnelles, les questions de cybersécurité et de protection des données, d’identité numérique, de signature électronique, etc. La Gouvernance de l’Internet elle-même à l’échelle continentale et nationale n’est pas une évidence dénuée de défis en Afrique. Il y a aussi la question de la domination de ce secteur par les entreprises multinationales. A l’ère de l’Internet des objets où tout va aussi vite, nous devons donc nous inspirer de ce qui se fait de mieux ailleurs pour réussir notre intégration dans le e-commerce en tenant en compte nos besoins et nos spécificités. Cela devrait être une opportunité pour inventer des solutions locales afin de réussir notre intégration équitable dans le e-commerce.

Q.3
How could ACSIS, as a civil society organization, support this call for more inclusive e-commerce?

R.

ACSIS a vocation à représenter la Société Civile pour s’assurer que le développement de la Société de l’Information se poursuit de manière inclusive en Afrique et bénéficie à toutes les couches des peuples africains. Avec des taux d’alphabétisation souvent relativement bas et un développement du numérique relativement faible en Afrique (avec des taux de pénétration de l’Internet en dessous de 30% en moyenne, et des taux de moins de 10% dans certains pays), il y a donc un fort potentiel de développement qui mérite d’être accompagné en termes de formation, de sensibilisation des populations pour assurer qu’elles soient prêtes à entrer dans l’ère du E-commerce. Et c’est à ce niveau que les organisations de la Société Civile dans le domaine des TIC peuvent apporter leur pierre à l’édification d’une société de l’information inclusive. Nos membres sont bien formés et parlent les langues africaines. Nous pouvons donc contribuer largement à élargir l’assiette de l’appropriation du E-commerce au niveau des populations, à travers des formations, des études, des actions de sensibilisation (bancarisation, digital financing, etc.) et de capacitation des startup locales, en veillant à ce que les contenus soient adaptés et tiennent compte des spécificités, besoins et cultures locaux, etc. ACSIS est également à disposition pour développer des indicateurs et des données statistiques permettant de comparer la situation des pays africains avec celle des autres pays en termes de e-commerce, et de préparation par rapport à l’économie numérique en général.

Q.4
What prompted your organization to join a multi-stakeholder partnership such as eTrade for all and what are your expectations out of it?

R.

Certaines de nos organisations membres travaillent déjà sur ces questions sur le terrain. Nous nous réjouissons de rejoindre cette initiative sous l’impulsion de la CNUCED, et de tous les autres partenaires. Nous félicitons les initiateurs. L’Afrique ne peut pas se permettre de rater l’opportunité du e-commerce et de l’économie Numérique. Pour autant, elle doit être bien préparée afin de bénéficier des opportunités de cette nouvelle donne et d’en limiter les effets néfastes. Nous appréhendons l’initiative comme une opportunité pour mutualiser nos forces et arriver à un e-commerce inclusif en apportant la touche locale qui est susceptible de mieux identifier les besoins locaux et apporter des solution novatrices comme c’est le cas souvent dans le E-commerce (ex. Mpesa), en participant au débat. Nous pensons que c’est en travaillant ensemble avec nos gouvernements, les organisations internationales, la Société Civile, les partenaires au développement que nous arriverons à trouver des solutions adaptées aux besoins de l’Afrique (qui est quasiment absente du secteur) en matière de e-commerce et d’économie numérique.

Q.5
Is there something else you would like to share with the eTrade for all family?

R.

ACSIS félicite la CNUCED pour avoir organisé cette rencontre sur le commerce électronique et l’économie numérique du 04 au 06 octobre 2017 à Genève. L’Afrique est un champs presque vierge dans le domaine du commerce électronique, une terre d’opportunités et de possibilités, une terre de potentiel et de défis. En effet le commerce électronique est une opportunité de création d’emploi et de richesses pour l’Afrique. Les conséquences de toute action d’intégration dans le commerce électronique vont affecter en dernier ressort les populations. Nous considérons que le commerce électronique comme une formidable opportunité pour que nos pays entrent de plain-pied dans l’économie numérique. Pour cela il est nécessaire que le commerce électronique soit réellement un facteur de croissance et créateur d’emploi, une réponse à la face moins reluisante de l’Internet et des TIC. Nous devons néanmoins être vigilants sur les implications d’une stratégie ne tenant pas suffisamment en compte un certain nombre d’éléments:

  • La réduction drastique des différentes fractures numériques et la favorisation de l’intégration des TIC dans le tissu économique
  • La mise en œuvre de l’environnement réglementaire idoine
  • La prise en compte de la spécificité du marché local (comportements, culture, etc.)
  • Favoriser les investissements conséquents dans les infrastructures pour améliorer l’accès à Internet et la qualité de service
  • Fournir des efforts considérables dans le renforcement des capacités et la sensibilisation des acteurs, qui est le maillon faible
  • S’assurer de l’appropriation des stratégies et outils du commerce électronique par les PME locales et les usagers
  • Élargir au maximum l’assiette des utilisateurs du commerce électronique
  • S’assurer que nous ne serons pas seulement des clients mais aussi des acteurs du commerce électronique.

La société civile est un acteur majeur qui pourrait être mis à contribution notamment sur les aspects liés à la recherche, à la réflexion, la sensibilisation et à la formation. Nous lançons donc un appel à davantage d’inclusion dans le programme e-Trade for all.

Subscribe to our Newsletter

Contact Us