OMC

Un rapport de l’OMC examine les mesures prises pour stimuler la participation des PMA au commerce international

Une nouvelle publication de l’OMC lancée le 19 janvier souligne qu’un soutien supplémentaire sera nécessaire de la part de la communauté internationale au cours de la prochaine décennie pour renforcer la participation des pays les moins avancés (PMA) au commerce mondial. Au cours des dix dernières années, les PMA ont certes vu s’accroître leurs possibilités d’accès aux marchés, les flexibilités dont ils bénéficient dans la mise en œuvre des règles de l’OMC et l’assistance technique liée au commerce qu’ils reçoivent, mais la pandémie de COVID-19 a encore aggravé les difficultés auxquelles ils sont confrontés, touchant durement leurs exportations.

 

La publication intitulée “Promouvoir les possibilités commerciales des pays les moins avancés” passe en revue les progrès réalisés ces dix dernières années pour aider les PMA à s’intégrer davantage dans le système commercial mondial. La volatilité des prix des produits de base au cours des dix dernières années et le déclenchement de la crise de la COVID-19 ont entraîné une contraction de la part des exportations mondiales des PMA qui s’établissait à 0,91% en 2020, contre 0,95% en 2011. L’objectif mondial des Nations Unies visant à doubler la part des exportations des PMA d’ici 2020 n’est toujours pas atteint.

“L’augmentation de la participation des PMA au commerce mondial est un objectif partagé de la communauté internationale. L’OMC offre aux PMA une occasion unique de contribuer à l’élaboration de règles commerciales mondiales qui répondent à leurs intérêts commerciaux. Ce rapport illustre les avantages concrets que les PMA travaillant en étroite collaboration avec les Membres de l’OMC ont obtenus au cours des dix dernières années. Il est important de s’appuyer sur ce que nous avons réalisé jusqu’à présent et de faire en sorte que le commerce continue de stimuler la croissance économique dans les PMA et dans le monde entier au cours de ces dix prochaines années et au-delà”, a déclaré la Directrice générale Ngozi Okonjo-Iweala.

Le rapport note que la participation des PMA au commerce mondial peut être renforcée en améliorant l’accès préférentiel aux marchés pour les exportations de biens et de services des PMA. Il souligne également l’importance d’accorder aux PMA des délais plus longs pour la mise en œuvre des règles de l’OMC, y compris pour les aspects relatifs à la propriété intellectuelle liés au commerce. Le soutien des partenaires de développement sera également crucial pour soutenir les efforts de développement des économies qui sortent de la catégorie des PMA.

“Les pays les moins avancés continuent de faire face à des défis considérables pour s’intégrer dans les systèmes commerciaux mondiaux. Les Nations Unies continueront à soutenir ces efforts en établissant des partenariats ambitieux dans le cadre du Programme d’action de Doha, qui sera adopté lors de la Cinquième conférence des Nations Unies sur les PMA (PMA5)”, a déclaré Mme Heidi Schroderus-Fox, Haute représentante des Nations Unies par intérim pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développement.

Ce rapport est la contribution de l’OMC à la Conférence PMA5 initialement prévue du 23 au 27 janvier 2022 mais reportée en raison des récentes évolutions liées à la COVID-19. L’un des principaux objectifs de la Conférence PMA5 reprogrammée est d’adopter un programme d’action pour les PMA pour la décennie 2022-2031.

Lire le rapport dans son intégralité ici.

Previously posted at :