UPU

Les postes se mobilisent pour faire progresser l’avenir numérique libre et sécurisé pour tous

L’Union postale universelle (UPU) a commencé ses travaux sur la contribution du secteur postal au Pacte numérique mondial, une initiative des Nations Unies dont l’objectif consiste à définir des principes partagés pour un avenir numérique ouvert, libre et sécurisé pour tous.

Les bases de ce pacte ont été posées en septembre 2020, lors de l’adoption d’une déclaration politique faite à l’occasion du 75eanniversaire des Nations Unies, célébré virtuellement. Cette déclaration souligne comment les défis que le monde doit relever peuvent uniquement être surmontés par le biais d’un multilatéralisme redynamisé et d’une coopération internationale renforcée. La déclaration présentait également l’engagement d’améliorer la coopération numérique et d’élaborer une vision commune pour l’avenir numérique.

Dans ce contexte, en septembre 2021, le Secrétaire général a publié son rapport, Notre programme commun, qui propose un Pacte numérique mondial dont l’adoption est prévue lors du Sommet du futur, en septembre 2023. Le Bureau de l’envoyé du Secrétaire général pour les technologies, chargé de faire progresser les travaux consacrés au Pacte numérique mondial, a lancé une période de consultation pour le pacte et invite tous les acteurs, y compris les États membres et les secteurs privés et publics, à envoyer leur contribution.

En tant qu’institution des Nations Unies pour le secteur postal, l’UPU a lancé une consultation interne concernant sa participation au Pacte numérique dans le but de recueillir les avis du secteur postal et de les présenter aux Nations Unies. Les travaux sont coordonnés par le Groupe «Transformation numérique et innovation» de l’UPU, l’un des groupes permanents du Conseil d’exploitation postale (CEP) de l’UPU.

Paul Donohoe, coordonnateur «Politiques numériques et commerce» de l’UPU, a donné plus de détails: «Le réseau postal et l’UPU ont été reconnus comme des acteurs clés dans le développement de la société de l’information, comme l’ont reconnu les résultats du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) des Nations Unies en 2005. Avec cette nouvelle initiative du Pacte numérique des Nations Unies, nous avons pour objectif de rafraîchir et de consolider la contribution du secteur postal au développement de l’économie numérique. Pour ce faire, nous lancerons au cours des prochains mois un processus de consolidation avec les ministères et leurs opérateurs désignés responsables des questions postales, qui sera finalisé lors des réunions du CEP et du Conseil d’administration (CA) de l’UPU au cours de la deuxième quinzaine d’octobre.»

Pour M. Donohoe, il est indispensable que les parties prenantes du secteur postal puissent s’exprimer sur la forme que prendra le Pacte numérique dans la mesure où ils sont «des moteurs essentiels de l’économie numérique et qu’ils peuvent faire progresser l’inclusion numérique, mais aussi financière et sociale».

Les propos de Paul Donohoe sont appuyés par Yu Ping Chan, fonctionnaire principale chargée de programmes auprès du Bureau de l’envoyé du Secrétaire général des Nations Unies pour les technologies. Selon Mme Chan, «il y a des écarts significatifs en matière de coopération numérique internationale et les questions relatives à la technologie numérique sont trop souvent traitées comme peu prioritaires au sein des programmes politiques. Le secteur postal joue un rôle important pour assurer le dynamisme et l’évolution positive de l’économie. Alors que la numérisation se renforce à l’échelle internationale, les apports et les avis de ce secteur sur le pacte sont essentiels.»

Un Pacte numérique mondial avec des principes partagés sur la manière de faire progresser la numérisation au niveau international pourrait être particulièrement bénéfique pour les petits États insulaires en développement, régulièrement confrontés à de nombreux défis lorsqu’il s’agit d’intégrer l’ère numérique, notamment en raison d’un manque de ressources humaines et financières et de connaissances et compétences insuffisantes.

Sur la question de l’aide que pourrait apporter le Pacte numérique mondial aux petits États insulaires en développement pour entrer dans l’économie numérique, Mme Chan poursuit: «Le pacte est une occasion de modeler les principes et contours de l’avenir numérique que nous désirons et une économie numérique florissante et résiliente à laquelle tous les pays, indépendamment de leur taille, peuvent prendre part et dont ils bénéficient en est un élément essentiel. Nous espérons ainsi que tous les acteurs peuvent s’impliquer auprès des Nations Unies et donner leur avis sur ce dont ils ont besoin. Ils doivent notamment répondre clairement à la question de comment la communauté internationale peut davantage venir en aide aux petites économies et aux économies émergentes.»

Pour examiner plus en avant comment les petits États insulaires en développement et leurs postes peuvent adopter la transformation numérique pour améliorer leur développement socioéconomique, M. Donohoe sera rejoint par des experts postaux et des experts spécialisés dans les technologies de l’information et de la communication et le commerce issus des régions Caraïbes et Pacifique à l’occasion du séminaire en ligne «Technologies de l’information et de la communication pour les petits États insulaires en développement» de l’UPU qui se tiendra le 26 juillet 2022. L’événement sera animé par Ian Kerr, l’animateur du podcast Voice Mail de l’UPU. Le public pourra poser des questions et discuter avec les participants. Toute personne intéressée par la manière dont les postes peuvent se mobiliser pour faire progresser le développement numérique des économies émergentes est invitée à participer.

Pour s’inscrire à l’événement: https://bit.ly/ictforsid

Previously posted at :