CEA

La numérisation va dynamiser la Zone de libre-échange continentale africaine

La Commission économique pour l’Afrique (CEA) a lancé deux publications clés illustrant la participation de l’Afrique aux chaînes de valeur mondiales et tirer parti de la numérisation et de la promotion du commerce dans le cadre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf).

Dans une allocution prononcée lors du lancement des deux publications, la Secrétaire exécutive adjointe et Économiste en chef de la Commission économique pour l’Afrique, Hanan Morsy, a souligné comment l’Afrique peut tirer parti des technologies numériques et participer aux chaînes de valeur mondiales.

Le rapport économique annuel sur l’Afrique 2022 se concentre sur le développement économique et social récent en Afrique et explore le potentiel de développement des technologies numériques pour atténuer les risques de la chaîne d’approvisionnement mondiale ainsi que tirer parti des technologies numériques et des chaînes de valeur régionales.

Les priorités existentielles de la ZLECAf – un livre fondateur pour guider et aider à la mise en œuvre de la ZLECAf au cours des 15 prochaines années – le livre identifie certaines des actions essentielles nécessaires pour concrétiser la vision d’un espace commercial inclusif, transformateur, numérique, fondé sur des règles, axé sur les résultats, moderne, complet et adapté à ses objectifs.

S’appuyer sur la ZLECAf est devenu fondamental compte tenu des multiples crises qui affectent et continuent d’affecter le continent africain », a déclaré Mme Morsy aux participants lors d’une allocution lue par la Directrice du Bureau sous-régional de la CEA pour l’Afrique de l’Est, Mama Keita.

Mme Morsy a fait allusion au fait que les multiples crises affectant l’Afrique offraient une opportunité d’utiliser les technologies numériques pour améliorer le commerce par le biais de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf).

« La ZLECAf change la donne dans la promotion de l’industrialisation en Afrique en mettant à profit le marché clé, la demande et la zone de mise en œuvre commerciale », a-t-elle ajouté.

Mactar Seck, Chef de la Section de la technologie, de la Division de la technologie, du changement climatique et de la gestion des ressources naturelles à la CEA, a déclaré que la ZLECAf offre de nouvelles opportunités aux entreprises locales pour établir de nouveaux liens dans les chaînes d’approvisionnement du commerce interafricain et que les gouvernements doivent créer des politiques favorables et soutenir l’harmonisation des chaînes de valeur régionales.

La session a été animée par la Directrice de la CEA pour l’Afrique australe, Eunice Kamwendo, qui a noté que « la numérisation va dynamiser la Zone de libre-échange continentale africaine ».

Soulignant l’importance de l’intégration régionale pour l’Afrique, Joseph Atta-Mensah, Chargé principale des affaires économiques, Division de la macroéconomie et de la gouvernance à la CEA, a déclaré que l’intégration de 55 économies du continent en une seule était un moteur puissant. Il a averti que pour exploiter le pouvoir de l’intégration, les pays africains doivent être compétitifs car les barrières et les tarifs tomberont lorsque la ZLECAf sera pleinement opérationnelle.

La ZLECAf est une bonne chose, mais si nous voulons aller jusqu’au bout des avantages qu’elle promet, nous devons aller plus loin et mettre en œuvre l’ensemble des douanes et la libre circulation des personnes », a conseillé M. Stephen Karingi, Directeur de la Division de l’intégration régionale et du commerce, à la CEA.

Mme Joy Kategekwa, Conseillère en stratégie, Bureau régional du PNUD pour l’Afrique, a déclaré qu’à ce stade, la ZLECAf était « dans un état d’observation » parce qu’elle n’a pas exécuté sa mise en œuvre, n’a pas défini ses capacités et n’a pas libéré le circulation des personnes à travers les frontières de l’Afrique.

« Il est temps de passer de la politique commerciale à l’industrie et de se concentrer sur de grands projets au sein de l’Union africaine… et d’aller plus loin dans le renforcement efficace des capacités et d’abandonner cette idée que le renforcement des capacités est une question de formation », a déclaré Mme Kategekwa.

Dans le déploiement d’une ZLECAf réussie, les femmes doivent être incluses, a déclaré Mary Lucia Mbithi, Maître de conférences en économie à l’École d’économie de l’Université de Nairobi. Mme Mbithi est l’un des auteurs de la publication Priorités existentielles de la ZLECAf.

« Si nous respectons l’égalité des sexes, nous verrons probablement de meilleurs résultats de la ZLECAf », a déclaré Mme Mbithi, qui est également Directrice de recherche au Centre Women Economic Empowerment (WEE), au Kenya, ajoutant que les statistiques montrent que les pays avec plus de temps les écarts entre les sexes ont tendance à avoir un PIB par habitant plus faible.

Previously posted at :