GBM

La Banque mondiale approuve 750 millions de dollars pour soutenir la gouvernance, le transport et la connectivité numérique en République démocratique du Congo

Dans le cadre de son engagement approfondi en République démocratique du Congo, le Conseil d’administration de la Banque mondiale a approuvé la semaine dernière un appui budgétaire de 250 millions de dollars pour des réformes fondamentales de gouvernance économique et 500 millions de dollars pour renforcer les transports et la connectivité en République démocratique du Congo (RDC). Les deux projets sont financés par l’Association internationale de développement (IDA)*.

« Ces deux opérations représentent un engagement et un dialogue renforcés entre la RDC et tous les niveaux du Groupe de la Banque mondiale. Ce dialogue nous a permis de redéfinir et de porter notre partenariat à un nouveau niveau – ce qui, nous l’espérons, profitera aux plus de 90 millions d’habitants du pays« , a déclaré Jean-Christophe Carret, directeur national de la Banque mondiale pour la République démocratique du Congo.

Suivant la signature des deux conventions de financement aujourd’hui, le Ministre des finances Nicolas Kazadi a exprimé sa satisfaction de voir que les réformes de fond entreprises par le gouvernement du Président Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo portaient leurs fruits : « Le retour de l’appui budgétaire après plus de quinze ans est un signe de l’engagement du gouvernement à renforcer la gouvernance, à libérer le potentiel de croissance dans les secteurs économiques clés et à améliorer les conditions de vie des populations congolaises. Il témoigne du réchauffement de la coopération au développement avec nos partenaires techniques et financiers et devrait catalyser des flux de financement conséquents, permettant au gouvernement de répondre aux immenses besoins de développement du pays. »

L’appui budgétaire soutiendra le programme de réformes du gouvernement visant à relever les principaux défis en matière de gouvernance dans les domaines des finances publiques, de l’ouverture des marchés et de la gestion des forêts, dans le but d’accélérer un développement vert, résilient et inclusif. Il soutiendra la transparence, en tant que condition préalable au renforcement de la responsabilité du gouvernement, et la gestion durable de la vaste forêt tropicale de la RDC, qui est essentielle pour maintenir les moyens de subsistance de la population congolaise et représente un puit de carbone d’importance planétaire.

Le projet d’appui au transport et à la connectivité est le premier d’une série de trois projets destinés à fournir des transports et une connectivité numérique sûrs, résilients et durables dans et entre la région du Kasaï et la partie orientale de la RDC, tout en soutenant le renforcement de la gouvernance du secteur. Il soutiendra l’ambitieux programme du gouvernement visant à mieux intégrer le pays en rétablissant la liaison de transport routier Est-Ouest, en modernisant les principales infrastructures de transport et en améliorant la connectivité numérique. Plus précisément, il financera la modernisation et le revêtement de 440 km de routes résilientes au climat dans les provinces du Kasaï et du Nord-Kivu, tout en posant une infrastructure de fibre optique le long des routes financées par le projet.

Le projet d’appui aux transports et à la connectivité comprend des mesures visant à atténuer et à traiter le risque de violence sexuelle lié à l’afflux soudain de travailleurs dans les zones de construction, par des mesures telles que la surveillance par des tiers, la formation des parties prenantes du projet et le partenariat avec la société civile et d’autres entités communautaires pour gérer les plaintes. Le projet soutiendra des infrastructures résilientes au climat et renforcera la préservation des forêts. Les communautés locales seront appuyées dans la gestion des ressources naturelles, y compris la reforestation de terres dégradées le long des routes du projet.

* L’Association Internationale de Développement (IDA) de la Banque mondiale, créée en 1960, aide les pays les plus pauvres de la planète en leur accordant des dons et des prêts à intérêt très faible ou nul destinés à des projets et des programmes de nature à stimuler la croissance économique, à réduire la pauvreté et à améliorer la vie des plus démunis. L’IDA figure parmi les principaux bailleurs de fonds des 74 pays les plus pauvres de la planète, dont 39 se trouvent en Afrique. Les ressources de l’IDA permettent d’apporter des changements positifs aux 1,3 milliard de personnes résidant dans les pays IDA. Depuis 1960, l’IDA a fourni 458 milliards de dollars à 114 pays. Le volume annuel de ses engagements a atteint environ 29 milliards de dollars en moyenne au cours des trois dernières années, environ 70% étant destinés à l’Afrique.

Previously posted at :