CCI – Les conséquences du coronavirus en Afrique : Quelles mesures les dirigeants peuvent-ils prendre ?

par Dorothy Tembo, Directrice exécutive par intérim de l’ITC

Le nouveau coronavirus COVID-19 ayant atteint le continent africain, les pays se préparent à endiguer la propagation du virus, ainsi que de préparer leurs systèmes de santé fragiles à y faire face. Les images provenant de Chine et d’Europe sont préoccupantes.

Outre les défis sanitaires engendrés par le COVID-19, les répercussions sur l’économie en Afrique se font déjà ressentir. Avec la fermeture d’industries en Asie, en Amérique et en Europe, la demande de matières premières et de marchandises diminue, entravant également l’accès de l’Afrique aux composants industriels et aux produits manufacturés (y compris les équipements médicaux).

Les premières démarches réalisées en Afrique se sont concentrées sur le ralentissement de la contagion, grâce à des mesures comme la fermeture des frontières. Ces actions interviennent alors que le continent prend des mesures audacieuses pour accroître l’intégration économique, et que le tout premier secrétaire général de l’Accord de libre-échange continental africain a prêté serment. Le coronavirus pourrait représenter une menace pour ce projet continental, mais les dirigeants pourraient également y voir une opportunité de renforcer la collaboration. Si les dirigeants accélèrent certaines politiques, cela pourrait également représenter une opportunité. Des avantages pourraient être rapidement obtenus grâce à la consolidation des initiatives d’intégration régionale déjà mises en œuvre.

La fermeture des frontières, par exemple, peut être observée sous un autre angle. Lorsque les dirigeants des pays voisins ferment leurs frontières ensemble, comme l’ont fait le Portugal et l’Espagne, c’est un symbole de partenariat dans la lutte contre la pandémie. La réduction des flux de personnes, tout en maintenant les frontières ouvertes aux marchandises, témoigne d’une reconnaissance de l’importance des activités économiques et commerciales pour permettre à la population de poursuivre leur vie quotidienne. En Afrique, cette collaboration sera cruciale, notamment pour les seize pays enclavés du continent.

Continue à lire sur intracen.org nouvelles