GBM

Les solutions numériques peuvent stimuler la croissance, l’inclusion et une meilleure gouvernance en Amérique Latine et dans les Caraïbes

La région Amérique Latine et les Caraïbes (ALC) a progressé en matière de résilience macroéconomique au cours des dernières décennies et a traversé les multiples crises post-pandémiques avec un succès relatif. Pourtant, selon un nouveau rapport de la Banque mondiale, la croissance reste insuffisante pour réduire la pauvreté et créer des emplois, tandis que les contraintes budgétaires limitent les investissements nécessaires. Le développement de la connectivité numérique, associé à des politiques complémentaires, offre la possibilité de créer des sociétés plus dynamiques et plus inclusives, indique le rapport “Wired: Digital Connectivity for Inclusion and Growth”.

Le rapport estime que le PIB régional augmentera de 2,0 % en 2023, soit une légère hausse par rapport aux projections précédentes (1,4 %), mais qu’il restera inférieur à celui de toutes les autres régions du monde. Des taux de 2,3 et 2,6 % sont attendus pour 2024 et 2025. Ces taux, similaires à ceux des années 2010, ne sont pas suffisants pour réaliser les progrès indispensables en matière d’inclusion et de réduction de la pauvreté.

« La région s’est avérée relativement résistante aux différents chocs externes qui ont suivi la pandémie, mais la croissance reste malheureusement anémique« , a déclaré Carlos Felipe Jaramillo, vice-président de la Banque mondiale pour la région Amérique latine et les Caraïbes. « Il est urgent que les pays trouvent des moyens pour stimuler l’inclusion et la croissance, améliorer la gouvernance et construire un consensus social. Les solutions numériques peuvent faire partie de la réponse, car elles contribuent à compléter les réformes structurelles visant à accroître la productivité, à améliorer la prestation de services à la population et à soutenir l’efficacité du gouvernement. Nous voyons là des opportunités majeures pour la région ».

Selon le rapport, la région ALC a mené des réformes macroéconomiques bien fondées au cours des trois dernières décennies, ce qui lui a permis de mieux résister aux chocs, tels que les multiples crises post-pandémiques d’inflation, l’incertitude liée à la guerre en Ukraine, la faiblesse des prix des produits de base et l’augmentation de la dette. La pauvreté et l’emploi sont généralement revenus à leurs niveaux d’avant la pandémie, et l’inflation, à l’exception de l’Argentine et du Venezuela, est tombée à une moyenne régionale de 4,4 %, inférieure à celle des pays de l’OCDE.

Bien qu’il se soit amélioré par rapport au dernier semestre, le contexte mondial reste défavorable, marqué par des taux d’intérêt élevés, une faible croissance dans les économies avancées et les perspectives incertaines de la Chine. Les gouvernements continueront également à se battre pour disposer d’une marge de manœuvre budgétaire. Si le ratio dette/PIB est estimé à 64 %, en baisse par rapport aux 67 % d’il y a un an, il reste supérieur au niveau de 57 % prévu pour 2019 et les taux d’intérêt élevés ont alourdi la charge du service de la dette.

« Les investissements privés et publics dans la connectivité numérique peuvent stimuler de nouveaux secteurs et générer des emplois, offrir de nouveaux domaines commerciaux et accroître l’efficacité, la qualité et l’inclusivité des programmes gouvernementaux allant de l’éducation à la vulgarisation agricole dans les zones rurales éloignées », a déclaré William Maloney, économiste en chef pour la région Amérique Latine et les Caraïbes à la Banque mondiale. « Cependant, la connectivité numérique n’est pas une solution miracle pour la croissance et peut exacerber les inégalités sociales existantes en l’absence d’investissements complémentaires dans les compétences, les finances et les systèmes réglementaires afin de réaliser la promesse des technologies numériques pour tous. »

Pour aider la région ALC à saisir les avantages de l’économie numérique, tout en incluant les plus pauvres et en promouvant une meilleure gouvernance, le rapport souligne les lacunes et les opportunités existantes en matière de numérisation, comme :

  • Infrastructure : L’accès à l’internet mobile est largement répandu mais présente un déficit de couverture (zones sans réseau mobile à haut débit) de 7 % de la population (45 millions de personnes). L’internet fixe est présent dans 74 % des ménages urbains, mais seulement dans 42 % des zones rurales. La qualité est également un problème : 55 % des ménages qui disposent d’une certaine connectivité à l’internet notent la faible qualité des services. Pour remédier à ces disparités, il faut une combinaison d’innovations technologiques et institutionnelles afin de faciliter l’accès à l’internet.
  • Lacunes en matière d’utilisation : 38 % de la population (240 millions de personnes) vit dans des zones couvertes par l’internet mais choisit de ne pas se connecter. Les raisons en sont le coût élevé des services internet, le manque de sensibilisation aux avantages potentiels de la connectivité et la méconnaissance des plateformes numériques. Pour combler ces lacunes, il est essentiel de s’attaquer aux problèmes d’accessibilité financière et de développer les compétences numériques.
  • Au-delà de l’accès : Il est essentiel d’investir dans des domaines complémentaires pour garantir l’inclusion. L’accès à la large bande passante ne constitue pas à lui seul une solution miracle.  Les gens ont besoin d’outils et de capacités pour saisir les opportunités de l’économie numérique. Les domaines d’action essentiels comprennent le renforcement des compétences numériques et traditionnelles du capital humain et des compétences managériales, la garantie de la disponibilité du financement, la facilitation de protocoles gouvernementaux efficaces et d’une structure réglementaire favorable.
  • Gouvernance : Les outils numériques peuvent rendre les gouvernements plus réactifs en facilitant les transactions avec les citoyens, en améliorant l’efficacité et la qualité de la prestation de services et en favorisant l’inclusion. La réduction des coûts de transaction profite particulièrement aux segments les plus éloignés et les plus défavorisés de la société. L’utilisation de réseaux et d’outils numériques peut contribuer à réduire la part importante du PIB – jusqu’à 4 % – perdue en raison de l’inefficacité des dépenses publiques et des fuites de dépenses.

Accédez au rapport et à ses principales recommandations ici.

Précédemment posté sur :